BANKRUN 2010

Forum du site
Bankrun2010.com
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 définir une stratégie, un but

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Morpheus

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 13/12/2010
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Dim 19 Déc - 13:19

Matthieu a écrit:
Maintenant je pense qu'on ne peut donner le pouvoir aux citoyens qu'a travers des "élites", mais des "élites" honnêtes et courageuses, (...)


Au contraire, c'est la plus mauvaise façon d'obtenir la démocratie. C'est même le contraire de la démocratie, car le "pouvoir de l'élite" c'est très exactement la traduction de l'aristocratie.

La bonne façon d'obtenir la démocratie, cela peut notamment être, justement, de reprendre notre pouvoir à toutes ces élites qui, quelque soit leur bord, nous trompent, peu ou prou.

A tout prendre, je préfère de très, très loin, la proposition d'un citoyen non partisan comme Étienne Chouard, qui à travers son Plan C* nous propose de refonder une démocratie citoyenne.

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/presentations.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morpheusfd12.orbideo.be/
Matthieu



Messages : 16
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Dim 19 Déc - 14:20

Je viens de consulter brièvement le lien que tu as posté Morpheus,

l'idée de faire écrire et voter les articles de la Constitution et des différentes institutions est une très bonne idée.

C'est ce qui aurait dû être fait à la révolution française mais qui a finalement été saboté de l'intérieur par la bourgeoisie, par exemple l'article 17 mets " la propriété" au rang d'un droit inaliénable, comme la vie, l'égalité et la liberté, c'est aberrant et ça a été introduit par les "élites".

Je doit revenir sur "l'élite" dont j'ai parler, je pense que je l'entendais au sens que les personnes qui s'intéressent à tout ce dont on parle me semble des "élites".

Il y 'a actuellement des écarts énormes au sein de la population concernant l'éducation citoyenne et l'information,( la faute à la société de consommation, et aux "élites" qui horizontalise les luttes, diviser pour mieux régner) cela engendre que les "désinformés" ou les "désintéressés" se considèrent exclu ou ne veulent plus entrer dans les débats, de peur d'être écrasés.
Dans ce cas c'est à nous déjà d'informer et de continuer à discuter car il sont des citoyens comme nous. Je parle en connaissances de causes, il y' a 2 ans de ça je n'aurais jamais osé discuter de tout ça et m'inscrire sur un tel forum, il a fallu un effort considérable de ma part pour agrandir mes connaissances.

Malheureusement cet effort ne va pas de soit dans la société actuelle et il y 'a un gros travail de ce coté là.

Il est vrai que le terme "élite" que j'ai employé n'était pas approprié, je l'entendais plutôt au sens de "ceux qui apporte des idées neuves et justes..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BOB

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/12/2010
Localisation : ARDECHE LIBRE

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Dim 19 Déc - 15:12

Bonjour,
@ Matthieu et sans vouloir alimenter une polémique, promis juré, j'ai bien précisé : "ces infos semblant être confirmées", c'était pour moi une façon de rester prudent. Wikip n'est la vérité absolue mais d'un autre côté beaucoup de biographies sont modifiées à la demande des gens concernés quand des infos à leur sujet sont fausses, tronquées ou malveillantes.

Par ailleurs, bien sûr, quoi qu'il dit ou fait par le passé, Cheminade a le droit comme n'importe qui de changer d'avis et de position.

Je vois pas trop le rapport avec Cantona. Pour ma part, j'ai relayé l'info autant que j'ai pu, par mail, sur fb, etc, on en a discuté avec pas mal de gens de mon entourage et d'autres. Mes ennemis ne sont pas Cantona, Cheminade, ni les hommes politiques en général. Et je me suis débrouillé comme j'ai pu pour laisser mon compte à zéro aussi longtemps que possible sans me mettre dans la mouise...

L'allusion à Besancenot ne me parle pas non plus, je n'ai jamais rien lu de lui et il ne fait pas parti du Front de Gauche pour l'instant..!

"Pour le Front de Gauche le mot "extrême droite" sert à classer tous ceux qui ne sont pas de leur avis..." Faux! Il y a aussi le mot social démocrate (le PS), le mot "droite" et le mot "centre", les mots oligarchie, médiacrates, banksters, riches, capitalistes, patrons voyous, classe dominantes, éco-tartuffes, évadés fiscaux, qui servent à désigner "ceux qui ne sont pas de leur avis" ! Tu m'étonnes! Mais je n'ai pas parler d'extrême droite dans mon post...

Un Front de Gauche "si peu populaire", soit, mais ça dépend carrément où on se place... "pas capable de proposer de réelles idées contre le système", heu là, désolé, il y a un pré-programme disponible à tout le monde, un programme en chantier à travers tout le pays, auquel tout citoyen peut contribuer, des écrits, des propositions chiffrées... "système dont il fait partie", certes, mais là aussi, concrètement on fait tous partie de ce système, de cette société, ou j'ai pas compris la phrase?

@Morpheus :
"Deuxièmement, le mieux c'est encore de se demander pourquoi aucun de ces fier démocrate ne semble vouloir demander aux citoyens ce qu'ILS veulent : ce serait pourtant la plus élémentaire des logique, dans ce qu'on appelle une démocratie, non ? J'ai dis une connerie ? Bref, ce que j'en dis : la politique aux citoyens !"

1000 fois d'accord !!! C'est aussi pour ça que je kiffe en ce moment sur le Front de Gauche, dont une des propositions concrètes et claires est l'appel à l'avis des citoyens par référendum sur TOUS les gros dossiers : services publics, institutions, sécu, retraites, fiscalité, traités européens...

C'est pas aux politiques de nous donner la permission de nous mêler de tout ça, c'est à nous de nous politiser pour récupérer ce qui nous appartient.

Bon pour terminer, je ne suis pas encarté nulle part. Je ne suis qu'un citoyen qui ne sait pas grand chose et qui cherche, qui a furieusement envie de savoir plus.
Franchement, une idée qui marche, je me fous de savoir si elle de droite ou de gauche, pourvu qu'elle marche pour l'intérêt général.

Enfin bon, tout ça est très intéressant, on discute, pas vrai? Je préfère 1000 fois ça à l'apathie et la sinistrose des années 90 par exemple.

Bon et une fois de plus, c'est pas tout à fait le sujet, désolé, même si c'est lié.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BOB

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/12/2010
Localisation : ARDECHE LIBRE

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Dim 19 Déc - 15:14

"Dans ce cas c'est à nous déjà d'informer et de continuer à discuter car il sont des citoyens comme nous. Je parle en connaissances de causes, il y' a 2 ans de ça je n'aurais jamais osé discuter de tout ça et m'inscrire sur un tel forum, il a fallu un effort considérable de ma part pour agrandir mes connaissances."

Exactement mon cas aussi! Il y a même pas deux ans!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu



Messages : 16
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Dim 19 Déc - 16:51

Désolé Bob d'avoir dit que tu transmettais une pensée unique, j'ai eu tort, je ne te connais pas.

J'ai réagis comme cela car les militants du parti de Cheminade sont victime de raid violent et se font traiter de fachos par des petits révolutionnaires de gauche, cela se produit envers beaucoup de personnes qui osent parler de protectionnisme, comme Dieudonné ou Alain Soral.
Ce genre d'action ne joue pas en faveur de la réputation du front de gauche et montre une incohérence entre le discours antifachos et une action complètement fachiste.
Bref comme tu le vois je suis remonté contre eux et c'est pour ça que je m'emporte parfois dans mes écrits.

Lorsque je parlais du "système dont Besancenot fait parti", je parlais du système de corruption et de profit de l'oligarchie capitaliste.
Je vois Besancenot comme un instrument car défendre la révolution citoyenne et ne pas soutenir un mouvement comme le bankrun 2010 me paraît incohérent. pour ce qui est du "système de consommation" effectivement nous en faisons tous parti.

Pour finir, même si le pré-programme du Front de gauche peut paraître alléchant, (je m'y attarderais une de ces jours) j'ai du mal a lui donner du crédit sachant qu'il passe par des média qui sont manipulés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
uprising

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 13/12/2010

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Dim 19 Déc - 18:16

NPA, Front de gauche .....

Révolutionnaire de pacotille :
http://www.lelibrepenseur.org/index.php?option=com_content&view=article&id=85:-a-la-une-apocalypse-des-revolutionnaires-de-pacotille&catid=40:videos

A vous d'aller chercher plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JEA83



Messages : 1
Date d'inscription : 20/12/2010

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Lun 20 Déc - 10:35

bonjour à Tous
(je ne pige pas bien la procédure de "REPONSE" = donc je sais pas bien à qui je réponds...)
c pas grave car mon intervention est assez générale =
1) je suis plutot d'accord avec l'analyse et les idées de BOB = "en gros" Le FdG / Mélenchon sont les meilleurs "analystes" de la situation , et les "mieux placés" pour chger les choses car :
- Tout ce ki est "à sa droite" est englué ds la Social-Démocratie, muselée par le FMI & Co = ya ka voir le parcours du P.S. au pouvoir pour se convaincre que TOUT cet éventail politique (hélas ils ne font pas QUE du vent) est DISCREDITE (un chef du CNPF s'est vanté ke ze best 1er ministre pour EUX , a été ... Bérégovoy ! )
- Ce qu'il reste à sa gauche (le NPA) est ouvertement protestataire et restera (hélas) ds sa tour d'ivoire. m^m s'il est bien là ds les luttes de terrain, au niveau des ELECTIONS, c une autre histoire ...

2) pour en venir au BankRun lui m^m et à ses suites = j'ai vidé mon CODEVI le 07/12, (désolé mais sur mon compte courant, ya trop de retraits "automatiques" dont le crédit pour ma bicoque ...) mais today , pour ne pas garder mes biffetons at home (pb securité) je vais bien les rédéposer à mon agence ...
en attendant , un jour, de TOUT VIRER à la NEF où ma moitié a déjà son compte .
A ce propos, LA NEF veut se séparer du Crédit Coop. car trop "maqué" par la BPCE, et elle souhaite fonder une VRAIE BANK etHique (don't forget le "H" !) avecc ses homologues italiens, espagnols et belges (pas les Suisses ? LOL )
=> initiative à suivre et renforcer !

3) Loi Pompidou / VGE du 03/01/1973 = j'en ai entendu parler par un fan' de Ph.DE RUDDER ds un débat sur le film "CLEVELAND CONTRE WALL STREET" (que je vous conseille , ainsi que "INSIDE JOB" qui montrent bien tous les 2 les mécanismes du racket organisé contre les peuples ) .
DONC à propos de cette Loi , "curieusement" méconnue de l'opinion, le GRAVE PB. est que c le F.N. qui est en train d'en faire un de ses "chavaux de bataille" ... en en dépossédant les partis de gauche !?
=> testez le ! tapez "Loi du 03/01/1973 " sur GouGueule ... et vous tombez sur le Clip de Marine L.P. !
D'ailleurs ce clip est assez bien fait, expliquant le PB. de la "boule de neige" des intérets .
Le PB corollaire étant que le FN NON PLUS n'a RIEN FAIT contre cette Loi depuis 30 ANS , et que les idée politiques passées des Partis d'Extreme Droite n'ont jamais fait la guerre aux Multi-NAZIonales, nos REELS ennemis (donc STOP aux amalgames FN / FdG !!! ).

4) pour Matthieu & others = jusqu'où ira le "partage du travail" entre UMP et FN ?
ce dernier etant chargé par le 1er de récupérer le 'vote protestataire" pour étouffer toute tentative de chgmt d'origine populaire, il est temps de renforcer les racines de ces tentatives, en supportant Mélenchon et ses pairs, malgré tout ce kon peut rerocher au bonhomme, ou autres scories secondaires = il FAUT se positionner là où nos idées seront le moins déformées, voire étouffées
= SO, WHAT ELSE !?
Jean-Eric (de Hyeres 83)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geraldine

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Lun 20 Déc - 13:04

No


J'avais demandé qu'on ne parle pas politique pour conserver le caractère apolitique du mouvement, mais puisque tout le monde y passe, y compris les amalgames je pense qu'il y a quelques pendules à remettre à l'heure.

D'abord, le FN n'est pas un parti d'extrême droite. C'est un parti nationaliste populaire et social. (définition de marine le pen) Elle l'a répété à maintes reprises et expliquait que lorsqu'elle exerçait encore comme avocate, elle a fait plus de 40 droits de réponses à ce sujet, mais en vain. Ce sont les détracteurs de son parti, adversaire politiques et médias qui leur ont collé cette étiquette.

Après, même si elle reconnaît et déplore que son parti ait été fréquenté par des gens qui étaient effectivement des radicaux pas très fréquentables, elle est en train de faire le ménage de par un projet plus à gauche que celui de Bruno Golnish, à savoir qu'elle ne veut pas revenir sur la loi Veil et sur le pacs...

En tout cas,.... je veux aussi revenir sur un fait important, il faut constater (le FN et Mr Cheminade en sont des exemples) que les partis qui ont dénoncé le système avant les autres ont été systématiquement diabolisés, associés à tout ce que la politique comptait de nauséabond. Nous devons sortir de ces clichés et considérer les propositions des uns et des autres avec la plus grande ouverture d'esprit et la plus grande honnêteté intellectuelle possible, sans préjugés.

Pour ma part, je suis d'avis que Mr Mélenchon est un bon tribun... le meilleur tribun avec Marine Le Pen dans les présidentiable, mais hélas, même si son programme me plaît, je le trouve incomplet, et je déplore qu'il n'ait pas soutenu notre action, pas plus que Mme Le pen, notre action et plus grave encore, que tout deux ne préviennent pas la population de ce qui est en train de se passer maintenant. Que ce soit par incompétence ou à cause de leur attention uniquement centrée sur leur ambition pour 2012, je suis d'avis, comme Mathieu que Jacques Cheminade, malgré un charisme plus discret, a au moins le mérite d'être un économiste et en plus d'avoir prévenu tout le monde dès 1995 de ce qui allait se passer aujourd'hui.

Il prône le retrait de notre argent des banques depuis longtemps.. Et en fait, nous avons reçu le soutien de l'une de ses portes-paroles. Je ne l'avais pas mentionnée par soucis de rester apolitique, mais c'est vrai qu'il dénonce tout ce que nous dénonçons depuis 15 ans! Et entre deux grandes gueules carriéristes et un honnête homme compétent et persévérant... je serais tentée de donner sa chance à ce dernier.

Il faut que je lise son programme....





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bankrun2010.com
Morpheus

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 13/12/2010
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Lun 20 Déc - 14:07

Entièrement sur la même ligne que Géraldine !

Je ne connaissais d'ailleurs pas Jacques Cheminade avant de me pencher sur les questions du TCE (même si en Belgique on ne nous a jamais demandé de dire oui ou non à ce traité).

Je me penche sur le programme et les idées développées par Jacques Cheminade en parallèle à celles proposées par Étienne Chouard. Il me semble qu'elles sont complémentaires.

Je suis également en train de lire un auteur tout-à-fait intéressant : Christian Arnperger. Je ne résiste pas à vous transcrire un petit paragraphe en introduction, qui me parle beaucoup, et qui devrait, je crois, éveiller l'intérêt des bankrunners.

Christian Arnperger a écrit:
Ce ne sont pas les grandes idées qui manquent actuellement, mais bien la volonté politique d'un changement anthropologique radical. Cette volonté, trop urgente pour n'être laissée qu'entre les mains de quelques élites, sera citoyenne ou ne sera pas. Ne comptons plus sur l'État qui, laissé à sa propre logique, s'enferme dans des visions réformistes trop pragmatiques. Comptons plutôt sur une révolution lente et approfondie, venue du dedans de nous-mêmes.*

* Christian Arnsperger - Éthique de l'existence post-capitaliste - Ed. du Cerf, 2009, p.10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morpheusfd12.orbideo.be/
Geraldine

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Lun 20 Déc - 14:14



Christian Arnperger a écrit:
Ce ne sont pas les grandes idées qui manquent actuellement, mais bien la volonté politique d'un changement anthropologique radical. Cette volonté, trop urgente pour n'être laissée qu'entre les mains de quelques élites, sera citoyenne ou ne sera pas. Ne comptons plus sur l'État qui, laissé à sa propre logique, s'enferme dans des visions réformistes trop pragmatiques. Comptons plutôt sur une révolution lente et approfondie, venue du dedans de nous-mêmes.*

* Christian Arnsperger - Éthique de l'existence post-capitaliste - Ed. du Cerf, 2009, p.10.[/quote]


Waw !!!!! je te la pique!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bankrun2010.com
Morpheus

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 13/12/2010
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   Lun 20 Déc - 14:54

No problemo.

http://www.videobaz.be/2010/03/sur-la-decroissance-une-conference-de-christian-arnsperger/

http://transitioneconomique.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morpheusfd12.orbideo.be/
StopBanque

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 14/12/2010
Localisation : France/belgique

MessageSujet: La stratégie de l'abnégation   Mer 13 Avr - 21:52

"L'Abnégation est un renoncement partiel ou complet de soi, et de ses intérêts personnels."

Accordé que le "système" est définit comme ultra-libérale, que son seul seul but est une croissance infinie et exponentielle, un être glouton qui va seul.

"il ne doit en rester qu'un!"

Accordé que son outil principal, dans cette démocratie représentative est "le piège de l'alternance", par la menace fasciste.

Si on admet le contexte: "gouvernance mondiale ou révolte des nations" à l'orée 2012, comment peut-on rester cohérent en faisant l'apologie des élections et du changement par les urnes?

Le système utilisera par exemple le FN comme il l'entend, selon son besoin, sa stratégie ( comme il l'a toujours fait et comme ils utilisent les autres partis avec ou sans consentements ), ne pensez vous pas?

Comment?

J'imagine deux hypothèses, comme un pré-sentiment facile:

1. Utiliser MLP comme menace fasciste pour permettre à l'UMPS de l'emporter facilement malgré ses mauvais résultats voir sa trahison au peuple.

2. Si le système remarque que MLP est trop puissante, il l'aidera a ce qu'elle passe et obtiendra guerre civile pour signer le NOM de la stratégie du choc des civilisations.

Et cela Marine Le Pen le dénonce elle même en quelque sorte, Soral, Asselineau, Hillard, Drac, Todd, Chouard, Dupont-Aignan, Chapin, Joly, Mélenchon, etc etc... qui nous montrent bien, chacun à leurs façons, les convergences et les différents fonctionnements parfois séculaires du mécanisme de domination.

Pourtant, certains se présentent et ils "parlent" tous des élections avec quinze mois d'avance comme une soumission inévitable et nous vendent l'espoir de changement à travers les urnes?

Selon leurs analyses poussées et la gravité de leurs dénonciations, cela peu sembler objectivement incohérent sans une immense démonstration.

C'est une perte d'énergie immense, de temps, c'est jouer le jeu du système qui lui joue "uniquement" la montre et hors-terrain, c'est ne jamais imposer nos propres règles, c'est encore une fois oublier la localité, le peuple, et admettre que seul le système et ses règles comptent, c'est vouloir gagner contre le "diable" tel un François Asselineau qui malgré ses compétences, son talent et sa pertinence, n'a pas les moyens de sa politique tout simplement, ni la force politique nécessaire à ses prétentions électorales malheureusement, c'est penser pouvoir être plus fort que le système dans un cadre et des règles qu'il ne respect pas lui même, en somme lui faire confiance et accepter la croissance encore et toujours, le quantitatif comme seul marqueur, puisque depuis que Marine Le Pen a commencée sa campagne pour 2012, "le choc des civilisations" et la "menace fasciste" en tant qu'outils et armes de domination du système pyramidale se portent bien et sont d'ailleurs entretenus parfaitement par les médias.

Alors, que cela soit "injuste" ou pas, le système et le clivage partisan iront dans la direction mondialiste habituelle, ils sont des experts de la désinformation par les médias et la récupération ou la ré-interprétation des propos du peuple et/ou de leurs ennemis politiques objectifs, si cela existe.

Leur art de la guerre est le "Diviser pour régner", dans le contexte actuel, le simple fait de s'affronter au travers de partis liés au système est d'une division habile d'un peuple qui par définition, dans sa majorité subit la violence du système de croissance et paient la facture des erreurs politiques, communautaires, économiques/sociales et financières!


Le peuple n'a donc aucun intérêt a patienter...

L'UPR, ER, Ecolo, FN, l'extrême gauche et d'autres proposent à juste titre un changement radical et en profondeur du paradigme actuel dans lequel le système est tout puissant, leurs analyses sont en effet pertinentes, documentées et très sérieuses, voir passionnantes, et quoique les représentants officiels du système politiquo-médiatiques peuvent en dire, (Ces mêmes représentants du clivage partisan "umps" qui n'ont jamais d'arguments sur le fond et ne sont capables que de critiquer la forme, pullulent dans les médias, mentant quotidiennement au peuple en le méprisant sans aucune honte apparente...) la convergence de ses analyses sont autant de preuves graves de la déliquescence du système.

Récemment, feuilletant "Comprendre l'empire" d'Alain Soral, "777" de Pierre Jovanovic, "Diviser pour régner" de Vincent Chapin, en me rappelant de "End Game" d'Alex Jones et autres documentaires ( voirs "liens" et ils ne sont pas tous là ), voyant l'actualité et la masse infos depuis le 11 Septembre 2001... ce que j'ai comprit, c'est qu'il fallait radicalement changer notre vision des élections et de l'abstention, de notre citoyenneté, que le simple fait d'accepter l'échéance que le système impose pour revendiquer un changement et un référendum qui me semble légitime dés demain, est anti-démocratique, cette "troisième voie" qu'est l'abstention active et massive et que l'on dit inutile.
Que fait un Blythe Masters ou les banquiers de l'ombre de la FED sur les marchés sur une période de plus d'un an?
L'abstention est inutile si elle n'est accompagnée de rien et qu'elle est "passive" et sans leader ship.
Qu'elle ne s'exprime pas à travers des boycotts, blocages et pétitions, amenant à un référendum, comme toutes actions politiques et syndicales quand le pouvoir est sourd d'ailleurs. Voter peut être tout aussi passif, voir d'avantage nocif qu'une abstention quand se vote est influencé en permanence et qu'il s'exerce dans une séquence qui n'est pas un système électif démocratique mais un système d'alternance et de croissance, une démocratie fasciste, une abjecte soumission?

"L'abstention active: Par opposition à l'abstention passive, l'abstention active se considère comme un acte politique, mûrement réfléchi permettant d'affirmer que le système parlementaire représentatif actuel, sorte de chèque en blanc, ne répond pas au vote de chacun des citoyens et qu'il ne faut pas le cautionner. Ses partisans prônent la stochocratie ou bien le mandat impératif qui permet de destituer les élus s'ils ne respectent pas leurs engagements ou leurs promesses."

( *stochocratie: http://fr.wikipedia.org/wiki/Stochocratie )


La stratégie de l'abnégation est simple.

Seul le peuple réunit pour la cause peut obtenir ce réel changement, pas des communautés, des camps, des partis ou des personnalités seuls, mais bien le peuple.

Tuer la stratégie du diviser pour régner et sortir du choc des civilisations.

Et certainement pas au travers d'élections "classiques" qui sont l'extension finale de notre asservissement ordinaire, qui sont le chantre du système et qui seront tardives par rapport à l'urgence économique et financière, de la situation Européenne et mondiale, avec ce mondialisme oligarque qui empêche la mondialisation de l'équité entre les peuples.

Par contre, au "travers" d'un rapport de force rétablit par le chantage économique, remettre en avant la lutte des classes plutôt que l'ethnicisation de la crise ET, notre arme, le boycott des Quatre Piliers de notre asservissement: la "Banque", la Grande Distribution (multinationales/Big Pharma), les syndicats (ce par quoi nous pourrions commencer pour envoyer un signal fort...) et les élections de la pseudo-démocratie représentative!
Le cinquième pilier étant nous même, l'autre, les gens...

La citoyenneté retrouvée passera par des actes citoyens "hors système", "hors cadre électorale", "hors bannière syndicale" et contre le système de croissance mais sans le combattre de manière frontale, en l'"ignorant" et s'en défendant sur des acquis précis et précieux ( comme cela aurait du se passer à la réforme des retraites si les syndicats n'avaient déjà pas voter tacitement ou pas des agendas sur 10ans pour être les supers syndicats européens du NOM ) et ni en déployant d'avantage de croissance pour le circonvenir: il EST la croissance.
Ni l'attaquer de façon "trop" directe, le NOM n'a pas de nom, il a des noms... Le système c'est aussi NOUS: en sortir trop brutalement sans travailler sur notre autonomie pourrait nous affaiblir trop tôt! La "guérilla" citoyenne peut commencer tout de suite via un boycott organisé, en paix et en silence. Un consensus entre le peuple: Les terriens parlent aux terriens!

Une "refonde" profonde du système se fera via un "grand référendum" et une transition, transition vers une 6ième république pour la France. Transition qui risque d'être difficile, ralentir et "faire le point" dans un système de pure croissance est en effet "interdit", imposons la pause!

Puisque l'échéance de 2012 est en quelque sorte un quitte ou double , allant jusqu'au bout de ce travail d'analyses bien entamé qui nous donne de l'espoir, finissant le travail de "comprendre l'empire" et des conférences populaires de François Asselineau, de sortir de l'euro et de récupéré l'émission monétaire, en refusant de participer à une "chose" qui n'est plus la démocratie, en dénonçant cela grâce à son "charisme", ses réseaux, son CV, son appareil politique, son "talent", son travail et sa résistance citoyenne de "terrain" ou tout simplement son abnégation... Pourquoi aucun leader ne sort du rang?

En se mettant au niveau du peuple, pour le peuple, dans la réalité du peuple qui est finalement que les élections sont d'une illusion, une aventure virtuelle des médias, un paradigme du système pour la croissance et ceux qui ont signés ce pacte de croissance exponentielle, uniquement pour ceux là. Comment se fait-il que seul une petite portion du peuple, forte de ces différentes analyses qui viennent compléter la sienne ( son analyse par son expérience quotidienne d'être du peuple, sa vie... ) fait le travail jusqu'au bout, s'entraide, bidouille, se débrouille, essaye de porter ce message d'émancipation jusqu'au bout? Sans jamais de contacts avec tous les acteurs virtuels et médiatiques du système ou qui luttent contre lui?


A quelle moment la petite vérité du peuple leur échappe?

Je vous propose solennellement d'être nos propres leader d'opposition et notre propre force! Disons merci aux différentes analyses apportées par les personnages politiquement encartés, soumis, engagés ou dissidents qui font l'actualité et commentent l'information, mais posons des actes, boycottons ensemble et massivement les 4 piliers pré-cités et précipitons la chute de l'empire!


Le programme, simple et sous forme de questions, sans répondre d'abord à ses cinq petites questions, il est inutile de parler de quoique cela soit d'autres,
en outre, un autre "collectif", ouvert à la participation de tous comme "StopBanque", et avec qui nous sommes en contact http://la-dissidence.org/
travail activement sur un programme plus détaillé...

1. Sortir du système bancaire majoritaire et pyramidal?

2. Sur quelles bases appeler à la fondation d'une banque ou d'un réseau de banques équitables, à participation citoyenne et solidaire ?

3. Quelles règles de la BCE faudrait-il modifier ?

Faut-il récupérer l'émission monétaire OU la "partager" à 49% capital/gouvernement à 51% les "syndicats indépendants" issus du peuple et de la démocratie directe ou semi-directe souhaitée?
Faut-il simplement modifier les règles de la BCE pour permettre aux états d'emprunter à taux zéro ?
Faut-il supprimer la BCE et sortir de l'UE?

4. Comment instaurer une démocratie directe ou semi-directe ?

Avec une "garantie" de 51% des pouvoirs au peuple et baser cette "garantie" sur un principe de référendum et d'un devoir politique du citoyen qui devrait naturellement se préoccuper de la cité ?

5. Que prendre et que rejeter dans les économies alternatives ? Comment articuler ces économies alternatives autour du concept d'économie par cercles concentriques et de protectionnisme raisonné ?

Celui qui sincèrement prendra cette décision de rejoindre le peuple et de s'offrir à la troisième voie,
D'être De Gaulle à Londres,
De refuser de jouer le jeu d'un système totalement corrompu qui n'est plus que récupération et manipulation,
De dénoncer la démagogie du système électif,
De repousser ses règles fallacieuses,
De devenir le leader ou un des leaders de l'opposition populaire à l'empire,
Le porte parole de l'abstention citoyenne active et son représentant face aux tartufes de l'hyper-classe politique,
Celui-là libéra le peuple de ce fardeau sophistique,
Par cette simple volonté de ne pas attendre une minute de plus,
De ne pas subir durant des mois le "massacre" économique,
Car, où en serons nous au moment de ces saintes élections?

Celui qui comprendra au mieux cette urgence qui dépasse le stade de la salle d'attente sociale,
celui-là libéra le peuple,
Et le peuple sera reconnaissant et saura récompenser et offrir la gestion du pays aux acteurs principaux de cette révolution ( Chavez ),

A celui qui par son abnégation,

( prendre cette décision et tout dénoncer jusqu'au bout doit être et sera d'une abnégation sincère, de fait, on ne peut pas tricher au travers cette décision en s'en remettant au peuple: puisqu'on s'abandonne totalement, hors système, c'est une garantie pour le peuple de rétablir un certain équilibre dans la domination, c'est fiable, c'est une stratégie qui n'a pas besoin d'être secrète ou discrète, c'est finalement sain d'exposer sa position et ses buts réels: le peuple sait accompagner l'abandon, sinon, il n'y aurait pas d'histoires d'"Esclaves", et d'"Émancipations"... )

Saura accompagner le peuple dans cette grande transition nécessaire pour espérer un minimum de changements,
De survie par plus d'autonomie pour le terrien,
Et lui rendre sa souveraineté aux travers d'une nation revisitée et pragmatique au niveau de l'écologie ( avant le CO², ou du moins en même temps, pollution des sols et de l'eau par les pesticides, insecticides et autres OGM: c'est urgent... Chemtrails, hécatombe d'animaux depuis le 31 Décembre 2010, "nos poisons quotidiens", les lois liberticides contre et pour breveter, privatiser la bio diversités et du droit a bien se nourrir avec une une "énorme" non-assistance à personnes en danger de la part de nos gouvernements qui ignorent les faits et même participent tacitement ou même parfois directement aux commerces des multinationales et les lobbys pharmaceutiques, etc etc... )
Il aidera le peuple et le peuple l'aidera.
Une démocratie directe, une sortie de l'Europe et un contrôle de l'émission monétaire maintenant!
Nous avons autant de raisons objectives de nous soulevés pacifiquement pour éviter une crise systémique incontrôlable que les peuples arabes,
Mêmes si la récupération et la manipulation ne s'interdisent jamais d'envahir tous sentiments spontanés d'émancipation.

Ensuite nous pourrons procéder à des "élections" ou un instauré le tirage au sort dans un système qui est le notre ou en partie équilibré,
Le plus équitable possible,
Ce système n'est plus aujourd'hui qu'une sombre illusion de lumière et où le mot destin doit reprendre une certaine signification si l'on veut avancer et surtout limiter les dégâts des mauvais gestionnaires qui se sont succédés aux commandes de l'économie mondiale.

L'actualité globale, les tentions locales, la crise financière qui s'amplifie et la flambée des prix des matières premières, les mystères intraitables par un homme politique seul comme les chemtrails et nos poisons quotidiens, toutes les lois liberticides qui peuvent encore être votées d'ici à quinze mois, les manipulations habituelles et récupérations maladives du système qui pourront s'exprimer dans ce paradigme où tout va très vite et où dans les salles boursières une minute peu correspondre à dix années de misère pour des millions exploitants à l'autre bout du monde, qui ruinés, se suicideront, ces minutes sont longues et nombreuses dans une journée de transactions. Tout cela est vérifiable par de nombreux délits d'initiés et de pressions financières sur les états par des sociétés privées apatrides, etc etc...
Les scandales financiers ne manquent pas. Pourquoi la dictature de l'argent, la plus crasse et qui "provoque" en quelque sorte toutes les autres dominations ne vous apparait pas comme le terrorisme le plus factuel et le plus sanguinaire ? Où tous nos maux convergent si ce n'est vers la "Banque"?

N'attendons pas les élections des banquiers: nous ne croyons plus aux élections organisées par des oligarques et nous ne tomberons plus dans le piège de l'alternance!
Agissons!
Organisons la transition et les moyens de pression pour rétablir un rapport de force dés maintenant, pour justement obtenir cette transition, ne pas leur laisser le choix: c'est possible et citoyen!
Il n'y a strictement rien de fou, d'irrationnel ou d'impossible à boycotter...

Dé-syndiquons-nous!

Les syndicats font intégralement partie de cette domination, prendre notre problème à la racine, mais dans l'ordre, car aujourd'hui ce ne sont pas les forces de polices que nous avons face à nous, mais d'abord nos syndicats, qui brouillent et canalisent le message social et la colère légitime du peuple, leur volonté et positions sont toujours en de ça dans le fond et dans la forme, des actions inutiles proposées par cet outil objectif du système de croissance que nous devons contourner...

Comment?

Simplement en les ignorant...

Articles des droits de l'homme et du citoyen:

Article 28. Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

_________________
lvl: 1 zone: Belgique, Wallonie/Bxl
"Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers."
V pour Vendetta, V.
http://stopbanque.blogspot.com/
http://www.equidemos.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: définir une stratégie, un but   

Revenir en haut Aller en bas
 
définir une stratégie, un but
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La stratégie du choc, interview de Naomi KLEIN
» la stratégie de la Chine vs l'or, le dollar et les USA
» Le chartisme : Méthodes et stratégies pour gagner en Bourse
» La nouvelle stratégie ou tragédie industrielle 2/3
» La stratégie de l'autruche. Post-mondialisation, management et rationalité économique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANKRUN 2010 ::  Forum Francophone :: Débats-
Sauter vers: