BANKRUN 2010

Forum du site
Bankrun2010.com
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Stratégie de l'Abnégation, "the final cut"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
StopBanque

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 14/12/2010
Localisation : France/belgique

MessageSujet: La Stratégie de l'Abnégation, "the final cut"   Lun 21 Mar - 22:24

http://stopbanque.blogspot.com/

"L'Abnégation est un renoncement partiel ou complet de soi, et de ses intérêts personnels."

Accordé que le "système" est actuellement défini comme "ultra-libéral", que son seul but est une croissance infinie et exponentielle, un être glouton qui va seul.

"il ne doit en rester qu'un !"

Accordé que son outil principal est la démocratie représentative et d'opinion, qui a comme unique constante de nous piéger dans l'alternance, par la menace fasciste et le choc des civilisations.

Si nous admettons le contexte: "gouvernance mondiale ou révolte des nations" à l'orée 2012, comment pouvons-nous penser rester cohérent en faisant l'apologie des élections et du changement par les urnes organisées par le système qui a entrainé cette réalité?

Le système pourra utiliser, par exemple, le "FN" comme il l'entend, selon sa stratégie, comme il l'a toujours fait et comme il utilise les autres partis avec ou sans leurs consentements.

Comment ?

Deux hypothèses, comme un pressentiment facile :

Premièrement, utiliser Marine Le Pen comme éternelle menace fasciste pour permettre à l'UMPS de l'emporter "facilement" malgré ses mauvais résultats, voir sa trahison au peuple.

Deuxièmement, si le système estime que Marine Le Pen est trop puissante, il pourrait même l'aider et la "pousser" à gagner les élections. Et finalement obtenir une guerre civile, des tentions et des troubles suffisants pour signer le Nouvel Ordre Mondial dans la stratégie éclairée de l'"ordo ab chao"!

Et cela, Marine Le Pen le "dénonce" et le démontre elle-même en quelque sorte.

D'autres analyses, notamment celles d'Alain Soral, de François Asselineau, de Pierre Hillard, de Michel Collon, de Michel Drac, d'Emmanuel Todd, d'Etienne Chouard, de "Denissto", de Pierre Jovanovic, de Nicolas Dupont-Aignan, de Vincent Chapin, d'Eva Joly, de Jean-Luc Mélenchon, etc etc... convergent et nous suggèrent cette réalité, nous laissent apercevoir les fonctionnements et mécanismes parfois séculaires du processus de domination par la croissance, la fuite en avant du système. Des désastres économiques, sociaux, écologiques, idéologiques que cette fuite cause.

Pourtant, certains d'entre eux se présentent, spéculent ou "parlent" de ces élections comme une soumission inévitable et "de facto" nous vendent l'espoir de changement à travers les urnes. D'une manière générale chacun d'entre nous attend au-delà d'une élection, un changement.

Selon leurs analyses respectives, parfois très poussées, la gravité de leurs dénonciations, cela peut sembler objectivement incohérent sans une immense démonstration que de spéculer sur les élections de la Banque.

C'est pour commencer une perte immense d'énergies et de temps.

C'est donc jouer le jeu du système qui lui, joue "uniquement" la montre et se permet de jouer en dehors des limites du terrain qu'il impose.

C'est ne jamais imposer nos propres règles, nos propres limites "souveraines" ou imposer aux représentants qu'ils respectent simplement la loi, et juste le bon sens dans la plupart des cas.

C'est encore une fois oublier la localité, renier le "petit" peuple instrumentalisé par cette volonté démocratique, et admettre que seul le système, ses règles et ses limites comptent.

C'est aussi vouloir l'emporter contre le "diable", tel un François Asselineau, qui malgré ses compétences, son talent et sa pertinence, légitime le système électif et de plus, n'a pas les moyens de sa politique: tout simplement, ni la Force politique nécessaire à ses prétentions électorales: malheureusement!

C'est toujours penser pouvoir être plus fort que le système dans un cadre qu'il impose, mais qu'il ne respecte pas lui même, en somme, lui faire confiance, comme vous faites confiance a votre banquier.

C'est finalement accepter la croissance "exponentielle" comme seul vecteur de "progrès", le quantitatif comme seul marqueur d'évolution.

Depuis que Marine Le Pen a commencé sa brûlante campagne pour 2012, sur les chapeaux de roue, nous remarquons que le foyer de "la stratégie du choc des civilisations" est ravivé et la braise de la "menace fasciste" entretenue. La manipulation des "idiots utiles" est flamboyante, d'ailleurs, la "nouvelle" police officielle de la pensée, nous le voyons sur la toile, a été inaugurée en grande pompe, des comportements dignes des purges staliniennes dans les "AG" de ce mouvement qui s'appelle ( et se prétend bien évidement apolitique): Les "Indignés" de "Réelle Démocratie".

Alors, dans ce cadre électoral, que cela soit "injuste" ou pas, selon ce que nous pensons défendre, le système, nos clivages partisans, nos opinions confortables et nos avis délétères iront dans la direction de la dictature digitale, que l'on soit de gauche, de droite, du centre, vert, rouge, jaune, noir, ...

Si nous sommes esclaves de ce projet global de centralisation des pouvoirs et concentrations des richesses, quelles sont nos chaînes si ce n'est ces élections? Nos maîtres sont des experts de la manipulation et de la désinformation par les médias, de la récupération, voir la ré-interprétation des propos du peuple ou de ses représentants objectifs ( si cela existe ) pour en faire leur idée, leur initiative.

Ils financent ceux qui joueront le rôle d'homme providentiel, de salvateur.

L'avocat du système est un Docteur ès démagogie, spécialisation "sophisme" et réductions...

Leur "art de la guerre" est depuis toujours, le "Diviser pour régner" et de toute évidence leur seule devise est:"Ordo ab chao".

Dans le contexte actuel et le niveau de déséquilibre entre "nous", esclave, et la domination, le simple fait de s'affronter au travers de partis financés par nos maîtres et tous liés par définition dans les ténèbres de la démocratie, ne peut être que d'une division habile d'un peuple qui dans sa majorité subit la violence du système de croissance et paie toujours la facture des erreurs politiquo-économiques!

Le peuple n'a donc aucun intérêt a patienter ...

Patienter pour qui ? Pourquoi?

Attendre quoi ?

Que la dette soit inscrite dans la constitution?

Un "Nouvel Ordre Mondial" à marche forcée ?

L'UPR, le FG, ER, Ecolo, le FN, l'ultra gauche, les identitaires sérieux et d'autres proposent à juste titre, avec parfois des méthodes contradictoires selon les "courants", un changement radical et en profondeur du paradigme actuel dans lequel le système est tout puissant, leurs analyses sont en effet pertinentes, même si elles sont différentes, elles restent toutes documentées et factuelles pour qui s'emploie à vérifier, voir passionnantes, et, quoique les représentants officiels du système politiquo-médiatiques peuvent en dire ou feindre de les ignorer, ( Ces mêmes représentants médiatiques, journaleux, hommes politiques, du clivage partisan "umps" qui n'ont jamais d'arguments sur le fond et ne sont capables que de critiquer la forme, ces vampires pullulent dans les médias, mentant quotidiennement au peuple en le méprisant sans aucune honte apparente... ) la convergence de ces analyses sont autant de preuves graves de la déliquescence du système, de la dégénérescence du monde financier et du mépris des élites qui surplombent le paysage de la Cité, et à qui appartient la responsabilité que l'émancipation du peuple échoue, car là est leur seul intérêt.

Récemment, feuilletant "Comprendre l'empire" d'Alain Soral, "777" de Pierre Jovanovic, "Diviser pour régner" de Vincent Chapin, en me rappelant de "End Game" d'Alex Jones et de beaucoup d'autres documentaires, voyant l'actualité et la masse info depuis le 11 Septembre 2001...

Ce que j'ai compris, c'est qu'il fallait radicalement changer notre vision des élections, qui sont la cause de la cause. J'ai compris le pouvoir objectif d'un boycott et d'une abstention massive, que nous avons une mauvaise vision de notre citoyenneté, que le simple fait d'accepter l'échéance que le système impose pour revendiquer un changement et un référendum qui me semble légitime dés demain est un suicide et fait de nous des administrés et non pas des citoyens! Qui est républicain? Qui est démocrate? Qui est citoyen? Attendre son exécution alors que la porte est ouverte est d'une patience qui dépasse le cadre démocratique et la bienséance; cela ressemble plutôt à un déni de démocratie!

Cette "troisième voie" qu'est l'abstention active et massive, qui ne peut exister que par une autonomie retrouvée et un certain boycott, et que les administrés et spéculateurs disent inutile, en chanson et en chœur, est non seulement plus que légitime, mais la seule voie cohérente à prendre en tant que citoyen! Aux vues des pièges mis en place, des crises programmées et des défis devant nous: que représentent des élections?

Que font une "Blythe Masters" et les banquiers de l'ombre de la FED sur les marchés internationaux, sur la période qui nous sépare de leurs élections?

L'abstention est inutile si elle n'est accompagnée de rien, qu'elle est "passive" et sans aucun "leader ship", ce qui n'est plus une abstention mais du je-m’en-foutisme.

L'abstention est inutile si elle ne s'exprime pas au travers de boycotts, de la volonté de se donner les moyens de notre autonomie: alimentaire et énergétique, amenant forcément à rétablir un rapport de force et cela pouvant finalement imposer un référendum sur la constitution si une majeure partie du peuple abandonne le système et échange entre elle.

Comme toutes actions politiques et syndicales quand le pouvoir est sourd d'ailleurs, l'abstention active nécessite une pertinence par les actes. Des blocages et des occupations de lieux hautement symboliques peuvent être envisagés à partir du moment ou l'autonomie et le boycott sont déjà bien amorcés.

Pourquoi une Abstention Citoyenne Active serait-elle moins respectable que de voter?

Voter peut être tout aussi "passif" et inutile, voir davantage nocif qu'une abstention, plus de 30 ans d'alternance le démontre de A à Z sans toucher le sol! Quand ce vote est influencé en permanence ou sans réflexions, avec les mauvaises informations et qu'il s'exerce dans une séquence qui n'est pas un système électif démocratique mais un système oligarchique d'alternance où la croissance est prioritaire et l'Homme secondaire, est-ce un vote ou une formalité malsaine?

Voter dans une forme de démocratie "fasciste", ne serait-ce pas une abjecte soumission?

Définition: "L'abstention active: Par opposition à l'abstention passive, l'abstention active se considère comme un acte politique, mûrement réfléchi permettant d'affirmer que le système parlementaire représentatif actuel, sorte de chèque en blanc, ne répond pas au vote de chacun des citoyens et qu'il ne faut pas le cautionner. Ses partisans prônent la stochocratie ou bien le mandat impératif qui permet de destituer les élus s'ils ne respectent pas leurs engagements ou leurs promesses."

La stratégie de l'abnégation est simple.

Seul le peuple réuni pour la cause ( ou le "Retour du Roi"? ) peut obtenir ce réel changement, pas des communautés, des camps, des clans, des partis, des avis, des opinions, des majorités ou des personnalités seules, mais bien le peuple dans son ensemble. Un peuple reformé, informé et formé. Prêt à comprendre que "la vraie révolution c'est moins de démocratie et moins de fausses libertés".

Sans le poids de la pensée molle dominante, le peuple pourra respirer. Et cette pensée n'est imposée que par notre acceptation du système électif "laïc"...

La Stratégie de l'Abnégation, c'est Tuer la stratégie du "diviser pour régner" et s'extraire du choc des civilisations dans sa version néo-conservatrice trotsko-maoïste.

Nous ne gagnerons jamais par la voie des urnes qui est l'extension finale de notre asservissement ordinaire, chantre du système et qui sera de toutes façons tardive, hors course par rapport à l'urgence économique et financière actuelle. La situation européenne et mondiale, ( avec ce mondialisme qui empêche la mondialisation de l'équité entre les peuples qui est inéluctable après le collapse systémique qui va avoir forcément lieu, "grâce" a leur soi-disant "Libre Échange" notamment... ) ne vous évoquent-ils pas une "fin des temps"? Ne voyez-vous pas converger la science, l'histoire et les eschatologies vers une transition?

Par contre, nous gagnerons, nous nous tiendrons prêts pour le vrai défi qui est d'entrer dans l'ère "inconnue" du Verseau, par un rapport de force objectif, rétabli au travers d'un chantage économique et d'une volonté à survivre à l'effondrement qui vient... Remettre en avant la lutte des classes par nos actes autonomes et décroissants, plutôt que de suivre l'exemple de l'ethnicisation de la crise, notre arme dans cette lutte étant le boycott des Quatre Piliers de notre asservissement:

La "Banque" (et son complexe industrialo-militaire),

La Grande Distribution (multinationales/Big Pharma/intermédiaires),

Les Syndicats (ce par quoi nous pourrions commencer pour envoyer un signal fort...)

et les Élections de la pseudo-démocratie représentative, ainsi que leurs "campagnes" qui coûtent des millions d'euro!

Le cinquième pilier étant nous-même, l'autre, les gens... N'étant pas à boycotter mais à réapprendre.

La citoyenneté retrouvée passera uniquement par des actes citoyens, "hors système", "hors cadre électoral", "hors bannière syndicale" et contre le système de croissance mais sans le combattre de manière frontale et agressive, car les maîtres du monde ont contrôlé la quasi totalité des révolutions aussi loin que nous pouvons remonter, ce sujet est central et passionnant, nous ne rétablirons pas un équilibre dans une confrontation avec la police "au droit de tuer" européenne ( même si cela apparaît inéluctable aujourd'hui... ) mais en construisant notre survie, ou mieux vivre pour les moins alarmistes, par l'autonomie et en se défendant sur des acquis précis et précieux (comme cela aurait dû se passer à la réforme des retraites si les syndicats n'avaient déjà pas voté tacitement ou pas des agendas sur 10 ans pour être les supers syndicats européens du NOM).

Combattre le système oui, mais sans provoquer davantage de croissance pour le circonvenir: il EST la croissance.

Ni, non plus, l'attaquer de manière "trop" directe, le NOM n'a pas de nom, il a des noms...

Le système c'est aussi NOUS: en sortir trop brutalement sans travailler sur notre autonomie pourrait nous affaiblir trop tôt!

La "guérilla" citoyenne peut commencer tout de suite via un boycott organisé, en paix et en silence.

Une nouvelle espèce de consensus entre les peuples: Les terriens parlent aux terriens!

Une "refonte" profonde du système ne se fera que via un "grand référendum" et une transition, transition vers une 6ième république pour la France.

Transition qui risque d'être difficile à obtenir et à traverser, ralentir et "faire le point" dans un système de pure croissance exponentielle est en effet "interdit", imposons la pause en les ignorant!

Le "paraclet" ne leur laissera pas le choix, mais il faut être prêt, et préparer le terrain...

Puisque l'échéance de 2012 est en quelque sorte un quitte ou double , allant jusqu'au bout de ce travail d'analyse bien entamé et partagé, qui nous donne de l'espoir, finissant le travail de "comprendre l'empire" d'Alain Soral et des conférences populaires de François Asselineau, des revues de presse de Jovanovic, de la Passion d'un Laurent James, des travaux précis d'un Pierre Hillard ou de la rigueur d'un Emmanuel Ratier, admettons l'urgence de la situation, sans être alarmiste et sans paniques, préparons-nous à accompagner la chute du système et à nous défendre de la gouvernance globale qu'ils veulent nous imposer en réponse à la crise systémique dont ils sont les auteurs...

Si certains pensent qu'il faut réellement sortir de l'UE et récupérer l'émission monétaire, voir bouleverser le système pour revenir à d'"anciennes" valeurs, de renouer avec une certaine Tradition, même de revenir à la monarchie comme le suggère Franc Abed, accompagner l'effondrement du système mort cliniquement le 29 Septembre 2008, qu'ils le fassent en refusant de participer à une "chose" qui n'est plus la démocratie, en dénonçant cela grâce à leurs "charismes", leurs réseaux, leurs appareils politiques, leurs "talents" pour ceux qui ont encore, leurs travaux et leurs résistances citoyennes de "terrain"... Ou, tout simplement, leur abnégation!

Pourquoi aucune personnalité politique et/ou pamphlétaire, qui représente intellectuellement le peuple ou des portions du peuple ne sort du rang ? ( en par exemple, annulant sa candidature ou ses spéculations et en appelant au boycott et l'autonomie... )

Pourquoi aucun d'eux ne se met une fois pour toutes au niveau du peuple, pour le peuple, dans la réalité du peuple qui est finalement que les élections sont d'une illusion et d'une manipulation de ce peuple?

Les élections sont une aventure virtuelle des médias, dans le paradigme du système et uniquement pour ceux à qui le système a proposé de signer ce pacte de croissance exponentielle, uniquement pour ceux là.

Comment se fait-il que seule, une petite portion du peuple, forte de ces différentes analyses qui viennent compléter la sienne (son analyse par son expérience quotidienne d'être du peuple, sa vie, ses petits travaux de compréhensions, ses partages ...) fait le travail jusqu'au bout, s'entraide, bidouille, se débrouille, essaye de porter ce message d'émancipation?

A quelle moment la petite vérité du peuple leur échappe-t-elle ?

Je vous propose solennellement d'être nos propres leaders d'opposition puisque cet appel pragmatique et de bon sens n'a été fait par aucun des acteurs légitimes ou auto-proclamés de la résistance française... Devenons notre propre Force politique individuelle, au quotidien !

Disons merci aux différentes analyses apportées par toutes les personnalités qui participent à notre éveil. Les encartés, les soumis, les engagés, les enragés, endiablés ou dissidents qui font l'actualité, le "buzz" et commentent l'information... Merci! Mais maintenant, posons des actes, boycottons ensemble et massivement les quatre piliers de notre asservissement et accompagnons, survivons, précipitons la chute de l'empire!

Ou plus subtilement acceptons son inéluctable effondrement pour survivre à celui-ci!

Faisons preuve d'abnégation et continuons à les exhorter à cette abnégation populaire en cours d'explosion!

Car celui qui sincèrement prendra cette décision: De rejoindre le peuple, de s'offrir à la troisième voie et à la stratégie de l'Abnégation,
D'être De Gaulle à Londres,
De refuser de jouer le jeu d'un système totalement "satanique" qui n'est plus qu'infiltration/manipulation/corruption/récupération et inversion,
De dénoncer clairement la démagogie du système électif,
De repousser ses règles fallacieuses sans concessions,
D'exprimer l'impossibilité d'utiliser sérieusement ce système électif,
De devenir le leader ou un des leaders déclarés de l'opposition populaire à l'empire,
Celui qui deviendra le porte parole de l'abstention citoyenne active ( et ceux qui seront ses représentants face aux tartufes de l'hyper-classe politique ),
Celui-là, libérera le peuple de ce fardeau sophistique que sont les élections de la démocratie représentative oligarchique, "racialiste" et bancaire,
Par cette simple volonté de ne pas attendre une minute de plus,
De ne pas subir durant des mois le "massacre" économique,
Car, où en serons-nous au moment de ces saintes élections si nous arrivons péniblement jusqu'à elles?
Celui qui comprendra au mieux cette urgence et qui dépassera le stade de la salle d'attente sociale,

Celui-là, libérera le peuple,

Et le peuple sera "reconnaissant",

Il soumettra la destinée de la démocratie à un de Son fondement premier: "Le tirage au sort" ( voir Etienne Chourad* ), rétablira le mandat impératif, la démocratie directe, sous son égide et sa vigilance, comme les citoyens éveillés le font déjà actuellement mais sans avocats pour leurs plaidoiries...

Prendre cette décision de l'abnégation comme stratégie éclairée et tout dénoncer jusqu'au bout doit être et sera d'une abnégation sincère,
de fait,
Nous ne pouvons pas tricher au travers cette décision,
Nous ne pouvons pas mentir et arrondir les angles en s'en remettant au peuple: puisqu'on s'abandonne totalement, hors système, c'est une garantie pour le peuple de rétablir un certain équilibre dans la domination, c'est fiable, c'est une stratégie qui n'a pas besoin d'être secrète ou discrète, c'est finalement sain d'exposer sa stratégie dans les grandes lignes et ses buts réels: le peuple sait accompagner l'abandon, sinon, il n'y aurait pas d'histoires de domination et d'émancipation...

A celui qui, par son abnégation,

Saura accompagner le peuple dans cette grande transition nécessaire et inévitable,

Exhortera à son tour le peuple à survivre, à boycotter ce système mortifère, par plus d'autonomie pour le citoyen assisté par la ploutocratie qui ne lui cède que des "revenus alcooliques" et qui devra accepter qu'il un homme morcelé,

Il dira aux hommes de limiter les dégâts d'un système irrespectueux de la vie,

Et lui rendra sa souveraineté au peuple aux travers l'expression d'une nation revisitée et pragmatique au niveau de son économie, ses financements, ses frontières ( en respectant définitivement celles des autres, pour une véritable "internationale" de nations souveraines et non-alignées à l'empire apatride, qui collaborent sainement ), ses "erreurs" et de son environnement!

( remarque: avant le problème CO², ou du moins en même temps, en relativisant ce problème, les questions de la pollution des sols et de l'eau par les pesticides, insecticides, fongicides et autres OGM: C'est urgent... et peut-être davantage que les émissions de carbone? Mais il y a aussi ces "nouvelles" questions environnementales: "Chemtrails", hécatombe d'animaux ( essentiellement poissons et oiseaux ) depuis le 31 Décembre 2010, "nos poisons quotidiens" tel l'aspartame, BP, Fukushima, les vaches à hublot, les lois liberticides contre notre droit à cultiver et/ou acheter des produits bio à des comptoirs paysans, des lois qui nous empêcheraient même de mieux nous soigner, des lois? Des lois et les intentions de breveter et privatiser la bio diversité, la vie, par des entreprises privées comme Monsanto, avec une "énorme" et spectaculaire non-assistance à personnes en danger de la part de nos gouvernements qui ignorent les faits et même participent directement aux commerces des multinationales et des lobbys pharmaceutiques, votent "leurs" lois, etc etc... )

A celui qui, par son abnégation fera à nouveau de la Politique!

Il aidera le peuple et le peuple l'aidera.

Une démocratie directe, une sortie de l'Europe et un contrôle de l'émission monétaire maintenant!

Nous avons autant de raisons objectives de nous soulever " pacifiquement", mais fermement et efficacement, pour éviter une crise systémique incontrôlable, que les Tunisiens et les Égyptiens le font pour chasser leurs dictateurs placés par l'empire qui prétend aujourd'hui aller les aider ( nous ne parlons pas de la Libye ou de la Syrie... ). Et cela même si la récupération et la manipulation des maîtres, nous le savons, ne s'interdisent jamais d'envahir tous sentiments spontanés d'émancipation par tous les moyens. Leurs "déconstructions" ne doivent jamais nous interdire d'essayer, car ils auraient gagné, sans efforts et sans que nous leur rendions un peu de la misère et de la souffrance qu'ils nous infligent.

Ensuite nous pourrons procéder à des "élections", ou affronter ce moment de "Kairos" qui nous dépasse, forcer un nouveau système, obliger une nouvelle forme d'élite et/ou instaurer le tirage au sort dans un système qui est le nôtre ou en partie ré-équilibré,

Le plus équitable possible...

Ce système n'est plus aujourd'hui qu'une sombre illusion de lumière où le mot destin doit reprendre une certaine signification si nous voulons avancer, "monter dans le train" et surtout limiter les dégâts des mauvais gestionnaires qui se sont succédés aux commandes de l'économie mondiale et du destin des nations depuis trop longtemps!

L'actualité globale, les tensions locales, les révoltes, la crise financière qui s'amplifie, les retombées économiques de ce coup d'état, la spéculation et la flambée des prix sur les matières premières, les "mystères" intraitables par un homme politique seul comme les "chemtrails" et "nos poisons quotidiens"( mais aussi, les "rumeurs" de dépopulation massive, toutes les lois qui sont et peuvent encore être votées d'ici aux élections, les manipulations crasses et habituelles, toutes les odieuses récupérations maladives du système qui pourront s'exprimer dans ce paradigme où tout va très vite... ) et le mépris des pauvres qui s'exprime dans des salles boursières où une minute peut correspondre à des dizaines d'années de misère pour des millions d'exploitants à l'autre bout du monde ( Certains, ruinés: se suicideront et Dieu sait que ces minutes sont longues et nombreuses dans une journée de transactions. Tout cela est vérifiable par de nombreux délits d'initiés et de pressions financières sur les états par des sociétés privées et apatrides. Comme les agences de notations complices de l'argent dette. ) nous démontrent, que bien que les scandales financiers et autres ne manquent pas, qu'ils sont imputables en grande partie aux politiques menées ( d'où qu'elles viennent, le système suit la même direction depuis des siècles ) et donc en bout de chaîne aux élections, la plupart des acteurs médiatiques prônent toujours d'aller voter!!!???

Pourquoi la dictature de l'argent, de la Banque, à qui appartient le système électif puisque l'émission monétaire lui appartient, la dictature la plus crasse, pernicieuse et qui "provoque" en quelque sorte toutes les autres dominations ne vous apparaît pas comme le terrorisme le plus factuel et le plus sanguinaire ?

Où tous nos maux convergent-ils si ce n'est vers la "Banque" et le système électif de la démocratie représentative d'opinions?

N'attendons pas les élections: nous ne croyons plus aux élections organisées par des oligarques et nous ne tomberons plus dans le piège de l'alternance!

Agissons !

Organisons-nous!

Expliquons à nos concitoyens que la transition est inexorable mais que des moyens de pression pour rétablir un rapport de force et pouvoir préparer le terrain dès maintenant existent!

Il n'y a strictement rien de fou, d'irrationnel ou d'impossible à boycotter, ignorer et échanger entre citoyens sans passer par des intermédiaires...

Pour commencer : Dé-syndiquons-nous !

En effet, les syndicats font intégralement partie de cette domination, prendre notre problème à la racine, mais dans l'ordre, car aujourd'hui ce ne sont pas les forces de l'ordre que nous avons face à nous, mais d'abord nos syndicats. Syndicats qui brouillent et canalisent le message social et la colère légitime du peuple. Leurs volontés et positions sont toujours en deçà dans le fond et la forme de l'opposition à apporter à un système sans pitié. Des actions et des analyses inutiles proposées par cet outil objectif du système de croissance exponentielle, que nous devons contourner et éviter à tout prix, car du reste, le boycott des syndicats est le plus facile à mettre en place en déchirant sa carte et ne payant plus ses propres chaines syndicales!


Rappel républicain de rigueur:

Articles des droits de l'homme et du citoyen :

Article 28. Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

( Bien entendu, nos 35 droits fondamentaux furent "remaniés"... Ce qui va à l'encontre de ces droits de l'homme eux-mêmes: je me référerai donc à la déclaration de 1793 par le droit inaliénable qu'elle conférait en sa signature et son existence! )


Brunet Laurent, Animateur chargé des contacts avec les autres organisations pour La Dissidence ( http://la-dissidence.org/ )

_________________
lvl: 1 zone: Belgique, Wallonie/Bxl
"Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers."
V pour Vendetta, V.
http://stopbanque.blogspot.com/
http://www.equidemos.org/


Dernière édition par StopBanque le Mer 24 Aoû - 4:45, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pogos

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 27
Localisation : Ile de france

MessageSujet: Re: La Stratégie de l'Abnégation, "the final cut"   Mar 22 Mar - 12:22

D'accord, la démocratie moderne est une grande arnaque, mais pousser les gens éclairés à ne pas voter c'est faire partir le gouvernement à volo ! Imagnie si il n'y a plus que les beaufs qui votent ! ça sera pas gai.

En même temps, si le gouvernement démocratique part vraiment en couille à cause de l'abstention, ça poussera les gens à se poser des questions, c'est bien la seule condition pour que le peuple se prenne en main et revnedique/impose le changement ( il y a aussi la famine, mais j'espère qu'on en viendra pas là trop vite... )

Et je dois bien admettre qu'avec le choix qu'on aura aux prochaines élections présidentielles, ce sera soit le retour de Sarko and co, et on sait ce que ça donne, soit le "socialisme" vendu aux FMI=Banques=Multinationales, soit le FN qui est le seul à dénoncer objectivement les vrais problèmes de mondialisation, europisation et j'en passe mais dont la xénophobie me fait gerber ..... alors d'un coup l'abstention parait le choix le plus raisonable, mais au premier tour je voterai quand même écolos ou coco, mais j'ai peu d'espoir que l'un d'eux passe.

C'est à pleurer la démocratie, finalement c'est pêut être Voltaire qui avait raison avec son idée de tyran éclairé, mais on n'en est plus là et personne n'acceptera un truc pareil. Le pouvoir dur rend toujours fou et mégalo, le pouvoir mou se laisse guider par la corruption et les financiers. J'ai parfois l'impression qu'on s'attaque à un problème insoluble.

Organiser un tas de référundums, d'accord à 100% ! C'est la démocratie à l'état pur. Mais avec la lobotomie quotidienne du peuple, je fais pas pleine confiance à l'opinion publique. On dit qu'il y a un éveil des consciences. J'aimerai y croire, j'y crois parfois, mais quand je parle politique/propagande/futur avec les gens insérés tout ce que j'entend c'est " ils trouverons des solutions " .. désespérant. La solution finale, très peu pour moi.

Le printemps revient et l'austérité s'installe, les manifestations vont reprendre de plus belles. Et puis quoi ? Si DSK arrive au pouvoir l'année on doit pas s'attendre à un traitement différent de celui des grecs, la matraque dans la gueule. Que ce soit Sarko ou Marine reviendra d'ailleurs au même.

Il faut mettre sur pieds de nouveaux types de mouvement populaires, les manifs et les grèves du travail sont dépassées, les travailleurs ont le couteau de la précarité sous la gorge et les politiciens/financiers se foutent bien qu'on crie dans la rue dans des circuits prévus à cet effet, peut être même que ça les réjouit, ça relache la vapeur de la cocotte.

Boycott, grève à la consomation, oui. Mais alors comment nourrir les villes, les cités dortoirs, les 95 (98?) pourcent de population urbaine ? Sans un exode citadin, une redistribution des terres et une formation du peuple à l'auto-suffisance, impossible de se passer des multinationales tel que Total, Areva, Monsanto, GDF-Suez, Leclerc, PepsyCo,Danone, la liste est longue.

A moins qu'on arrive à remplacer ces firmes par des "compagnies écologiques" parallèles qui subviennent aux besoins de la population sans pourrir le monde. Mais alors il faudrait beaucoup de main d'oeuvre (d'où l'exode), donc beaucoup d'argent pour les payer, les loger, les éduquer ... qui investira là dedans ? Il faudra racheter des terres, créer des écoles et des fermes, et pour acheminer les denrés en ville, des trains ? (énergie nucléaire), où le retour au char à bestiaux ? Surement la meilleure solution.

En parlant d'énergie, quelqu'un a des nouvelles des recherches sur moteur Minato ? Avec le bordel nucléaire au Japon ils vont peut être enfin se décider à se lancer dans l'énergie propre.. j'arrive pas à trouver d'infos là dessus.


Tu parles de ne pas attendre l'élection, de renverser le système avant qu'il ne soit trop tard, ok mais coment faire ? Entrer en guerre civile ? Organiser le bloquages des institutions avec des marées humaines, à la Gandhi ? Il nous faut un mot d'ordre pour rassembler ceux qui veulent le changement. Et surtout il faut informer les autres pour les gagner à notre cause.

Allons, l'espoir fait vivre mais j'ai très peur d'un avenir à la "soleil vert", film des années 60 à voire absolument d'ailleurs.

On aura beau créer des îlots de paradis, si la planète vire à l'enfer personne ne sera épargné. Agir ! Agir ! Mais comment ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://encreetpapier.skyrock.com/12.html
StopBanque

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 14/12/2010
Localisation : France/belgique

MessageSujet: Boycott, grève à la consomation, oui. Mais alors comment nourrir les villes?   Sam 26 Mar - 18:47

Projet d'AMAP, et si nous devenions paysans?

Eco-Projet:

Réhabiliter ou aménager village, ferme ou château en vues d'activités prioritairement "autonomistes" ( décroissantes ) et associatives, une option commerciale ( restaurant, chambres d'hôtes: éco-tourisme participatif ) au minima ...est envisageable et est peut être même obligatoire pour assumer les charges relatives aux bâtiments et autres taxes, remises aux normes éventuelles pour une maximisation énergétique et un respect maximal de l'environement.

Offrir un lieu de rencontres, un carrefour culturel, un point de chute pour les associations comme "Kokopelli" et autres associations solidaires et de défense de la bio-diversité, avec une mise à disposition de locaux en vue de conférences et autres weekend "découverte" et de formation autours des sujets et des thèmes de l'alter-mondialisme, des contres cultures et de la décroissance.

Le noyau:

AMAP, SEL, dépendance minimal à l'argent et aux banques. Indépendance énergétique. Autonomie maximale. Dans un respect maximal de l'environnement et se donner les moyens d'être dans une optique 100% écologique, l'esprit étant le concept d'"équité".

Activités secondaires/commerciales:

chambre d'Hôtes, dégustation de nos produits, sous forme de « stage » et/ou de tourisme participatif et « responsable ». Mini marché "bio". Mise à disposition de locaux ou d'espaces pour conférences ou ateliers d'autres associations alter-mondialistes et "décroissantes", évènements culturelles, ect ect...

Volet social:

Travailler avec des associations qui réinsèrent des chômeurs de longues durées, des jeunes en difficulté et/ou des toxico-dépendants .

Partager les récoltes (ex: resto du cœur ).

Investir les excédents financiers éventuels sous forme de prêt à taux zéro ou très faible à des personnes ayant des démarches décroissantes d'éco-village, d'AMAP, de recyclage, etc etc... Mettre en place des monnaies locales et un réseau solidaire.

Montage financier:

Selon la taille du projet et de son coût de départ estimé, et donc du nombre souhaitable d'acteurs pour le réaliser, mise en place d'une « bourse », d'un budget, avec ce que les participants sont prêt à « investir » humainement et/ou financièrement.

Il n'est pas question de partager l'investissement de manière « équilibrée » et quantitative, de faire de la spéculation, mais d'investir dans ce projet de façon équitable, responsable et solidaire.

En effet, un investisseur du « deuxième plan » investira d'avantage en "argent" permettant à un acteur sérieusement intéressé par l'investissement humain mais sans moyens d'argent direct ou suffisant pour participer au projet.

Comment?

Scinder l'investissement en deux groupes: des acteurs et travailleurs directs de l'AMAP et des activités liées à l'association. Investisseurs du "premier plan"; qui vivent sur place toute l'année dans ce projet d'autonomie et de partage.

Et, des investisseurs du "second plan", les "vacanciers", à qui sera attribué un leasing à vie sur appartements ou chambres d'hôtes dans ce cadre idéal, vivant et responsable pour leur villégiatures et/ou éventuellement leurs retraites, les négociation restent ouvertes et un montage "à la carte" selon les besoins et envies de chacun à participer plus ou moins à la globalité du projet est possible et voir "souhaitable", dans le respect des intérêts et de la participation apportée par les signataires, la seule règle étant l'équité.
Qu'est-ce qu'un AMAP:

Le fonctionnement:

Une AMAP naît en général de la rencontre d'un groupe de consommateurs et d'un producteur prêts à entrer dans la démarche. Ils établissent entre eux un contrat pour une (on distingue en général 2 saisons de production : printemps / été et automne / hiver), selon les modalités suivantes :

Ensemble, ils définissent la diversité et la quantité de denrées à produire pour la saison. Ces denrées peuvent être aussi bien des fruits, des légumes, des oeufs, du fromage, de la viande...
La diversité est très importante car elle permet aux partenaires de l'AMAP de consommer une grande variété d'aliments, d'étendre la durée de la saison, et de limiter les risques dus aux aléas climatiques et aux éventuels problèmes sanitaires.

Pendant la saison, et ce de manière périodique (ex. une fois par semaine), le producteur met les produits frais (ex. les fruits et légumes sont récoltés le matin même de la distribution) à disposition des partenaires qui constituent leur panier. Le contenu de ce dernier dépend des produits arrivés à maturité. Il est possible, dans une certaine mesure, d'échanger les produits entre eux selon ses préférences.
Contrairement à la grande distribution, les consommateurs en AMAP accordent moins d'importance à la standardisation des aliments ; tout ce qui est produit est consommé (alors que dans l'autre cas, ce peut être jusqu'à 60 % de la récolte qui reste au champ). Ce principe est d'une part est très valorisant pour le producteur, et d'autre part il permet de diminuer le prix des denrées en reportant les coûts sur la totalité de la production.

Le groupe de consommateurs et l'agriculteur se mettent également d'accord sur les méthodes agronomiques à employer. Ces dernières s'inspirent de la charte de l'agriculture paysanne et du cahier des charges de l'agriculture biologique (les producteurs possèdent souvent le logo AB). En effet, les participants à l'AMAP recherchent des aliments sains, produits dans le respect de l'Homme, de la biodiversité et du rythme de la Nature.
Les AMAP participent ainsi à la lutte contre les pollutions et les risques de l'agriculture industrielle et favorise une gestion responsable et partagée des biens communs.
Derniers points de discussion préparatoire au lancement de l'AMAP : le prix du panier, le lieu et l'heure de la distribution périodique.

Le prix du panier est fixé de manière équitable : il permet au producteur de couvrir ses frais de production et de dégager un revenu décent, tout en étant abordable par le consommateur.
Il est en général proche de celui d'un panier composé de la même manière en grande surface, tout en ayant une qualité nutritionnelle et gustative supérieure (dégagé du soucis de rendement et de vente, le producteur recherche la satisfaction des consommateurs en privilégiant les variétés végétales -ou races animales- de terroir ou anciennes reconnues pour leur qualité gustative).
Un tel prix est rendu possible du fait de l'absence de gâchis au niveau des produits, de l'absence d'intermédiaires entre le producteur et les consommateurs, et d'un emballage minimum voir absent.
Afin de permettre la participation de tous à l'AMAP, et notamment des consommateurs à faible revenu, différentes possibilités de règlement existent, par exemple la mensualisation des encaissements des chèques ou la réduction du prix du panier en échange d'une aide à la distribution.
En achetant leur part de production à l'avance, les consommateurs garantissent un revenu au paysan. L'AMAP participe ainsi au maintien d'une agriculture de proximité et à la gestion de la pression foncière.
Quant au lieu de distribution, il peut s'agir soit de la ferme elle-même si les partenaires de l'AMAP vivent dans un périmètre proche de celle-ci, soit d'un point de chute situé en ville (maisons de quartier, magasin d'alimentation spécialisée, cour d'immeuble,...).
L'horaire, enfin, est fixé de manière à convenir au plus grand nombre. Afin de permettre au producteur de se concentrer au mieux sur la qualité de son travail, un comité de bénévoles est formé parmi les consommateurs partenaires de l'AMAP. Il comprend en général un coordinateur, un trésorier, un responsable de la communication interne, un responsable animation et un coordinateur bénévole.
Les membres du comité sont renouvelables à chaque saison de production.
De par ce partenariat de proximité entre producteur et consommateurs, les AMAP favorisent le dialogue social entre ville et campagne, facilitent la coexistence entre les loisirs de plein air et les activités productives, et l'usage multiple des espaces agricoles.
Les engagements des consommateurs
En adhérant à une AMAP, le consommateur prend les responsabilités suivantes :

* S’engager en payant se part de la récolte à l’avance, en comprenant que cela inclut le partage des risques et des bénéfices avec la ferme, pour la saison à venir.
* Venir chercher son panier au jour et à l’heure dits. Prévenir s’il ne peut prendre son panier (retard, vacances, etc.) et convenir d’un arrangement selon les possibilités qui ont été définies au début de la saison.
* Communiquer en toute franchise et liberté ses bonnes remarques, ses questions ou ses insatisfactions directement auprès de son producteur et du coordinateur, pour qu’ils puissent examiner ensemble si des explications ou des améliorations sont possibles.
* Partager ses idées et ses initiatives avec la ferme et les autres partenaires afin d’améliorer le fonctionnement du projet.

Les engagements des producteurs
En devenant partenaire d'une AMAP, le producteur prend les responsabilités suivantes :

* Produire une diversité de légumes et d’autres éléments, si possible, pour composer des paniers variés.
* Livrer les produits au jour et à l’heure dits.
* Aviser ses partenaires en cas de problèmes exceptionnels qui affecteraient la livraison ou toute activité : problème climatique grave, maladie, etc.
* Être ouvert pour expliquer le travail de la ferme à ses partenaires.
* Prendre en compte les remarques et les besoins de ses partenaires. Dans le cas où il ne peut satisfaire à une demande, en expliquer les raisons. Effectuer une évaluation à la fin de la saison.

Les garanties

Un des objectifs d'Alliance étant de promouvoir et pérenniser les AMAP en France, elle souhaite garantir une transparence de la démarche auprès de ses partenaires.
Ainsi, une première charte des AMAP a été adoptée par Alliance Provence qui a déposé la marque AMAP. Des modifications y seront apportées au fur et à mesure de l'expérience acquise.
Elle permettra d'identifier clairement les AMAP parmi les autres initiatives contribuant également à un développement durable de la société.
La charte donnera accès aux AMAP signataires aux avantages du réseau qu'Alliance est en train de mettre en place : utilisation du nom AMAP, appui technique à la création et au suivi, coordonnées diffusables sur les outils de communication...
Pourquoi participer : producteurs
Selon une source faisant la synthèse d'études et d'observations réalisées en Amérique de Nord, il ressort que les paysans participent à une CSA pour 2 raisons principales :

* la sécurité financière procurée par l'achat à l'avance des produits par les consommateurs ;
* la valorisation sociale : travailler pour un groupe de personnes que le paysan connaît, et avec qui il peut échanger régulièrement et au delà de l'aspect commercial.

L'avis de Daniel Vuillon, premier producteur en AMAP
Pourquoi participer : consommateurs

Selon des sondages auprès des consommateurs en CSA, il ressort 2 raisons principales pour lesquelles ceux-ci y participent :
santé/bien-être : consommer des produits frais, de saison, bio , diversifiés, retrouver un certain lien avec la nature et les produits d'antan (qu'il estime, de plus, plus savoureux ) ;
action citoyenne : soutenir directement un agriculteur local, développer les liens ville-campagne.
La raison économique (produits de qualité à un prix abordable) ne semble pas faire partie des raisons principales.
Une AMAP conviendra donc à un consommateur si ce dernier :

* est conscient des relations entre alimentation et santé ;
* a le souhait de renouer avec la nature (côté éducatif, pour les enfants notamment) ;
* a le sentiment d'appartenir à un groupe et perçoit la ferme comme une seconde maison ;
* peut accepter les contraintes de fonctionnement (engagement sur 6 mois ou 1 an, soir et heure de livraison fixes, produits choisis à l'avance).


Concernant le dernier point, et en particulier le fait de choisir les produits avant la saison mais pas pendant les distributions, plusieurs consommateurs nous ont confiés qu'ils voyaient en fait cela comme un avantage :
ils n'ont plus à réfléchir à leurs achats chaque semaine !
De plus, l'AMAP leurs permet parfois de découvrir agréablement de nouveaux produits.
L'AMAP au regard du développement durable
Voici les avantages du développement des AMAP pour la société :

* apprécier les bénéfices environnementaux d'une nourriture qui n'a pas parcouru des centaines de kilomètres, avec moins d'emballages, issus d'une agriculture bénéfique pour la biodiversité, protégeant les sols et l'eau, moins polluante et moins énergivore ;
* rendre possible (ou favoriser) le retour des particularités alimentaires locales et régionales ;
* améliorer l'économie locale par une augmentation des emplois (en 2002 pour les 17 AMAP provençales, 12 postes sont passés de saisonnier à permanent afin de pouvoir fournir de produits en quantité et diversité suffisante pour toute l'année), plus de processus locaux, de consommation locale, et circulation de l'argent dans la communauté ;
* bénéficier de l'amélioration des liens sociaux, de la responsabilité sociale, du sens de la communauté et de la confiance.

Les avantages des AMAP peuvent aussi se regrouper selon les 3 axes du développement durable :
écologiquement sain, socialement équitable, et économiquement viable. »


source: http://www.reseau-amap.org/


............................................................................................................................


Qu'est -ce qu'un SEL?

« Les richesses des 350 habitants les plus riches de la terre est égale à la « richesse » (ou la misère ?) des deux milliards trois cents millions des habitants les plus pauvres. Le système monétaire archaïque et périmé continue à régner en faisant des ravages dans l’humanité et nos télescopes sont si puissants que nous ne pourrons plus voir ce qui se passe ici, chez nous. » François Terris.
C’est sur ce malheureux constat que le SEL est né, d’abord outre atlantique, puis en France, en 1995. Il y a maintenant des SEL un peu partout dans le monde, dont plus de 300 sur notre territoire.
Mais, concrètement, un SEL, c’est quoi ?
Les Systèmes d’Echange Local, ou Services d’Echange Local, sont des groupes de personnes qui pratiquent l’échange multilatéral de biens, de services, et de savoirs.
Après cette définition générique, la diversité est de mise entre les différents groupes :
Statut juridique :
Association de fait ou association déclarée loi 1901.
Conditions d’adhésion :
Le plus souvent, une contribution financière est demandée (son montant est très variable) afin de couvrir les frais d’édition et distribution d’un catalogue et /ou bulletin.
Certains SEL adoptent le principe du téléphone...arabe ou non. Offres et demandes : le plus souvent, un catalogue est édité, regroupant les offres et demandes de chaque membre, sans aucune censure à l’imagination.
Certains estiment néanmoins que les offres ayant trait à l’ésotérisme, par exemple, peuvent être préjudiciables et les interdisent.
En plus de ce catalogue (ou inclus à celui-ci), beaucoup éditent des bulletins par lesquels les membres du groupe peuvent s’exprimer sur des sujets plus ou moins vastes.
Mesure des échanges :
Les échanges sont le plus souvent comptés en référence au temps passé. Par exemple, 1 minute = 1 fleur ou 1 grain de sel ou...un hippopotame. Mais là encore, l’imagination s’exerce avec brio !
La tendance générale est de s’affranchir de la parité avec le franc. Certains utilisent des feuilles « d’échange » (ou « de richesse ») sur lesquelles les participants notent avec qui ils ont échangé et combien d’unités doivent être créditées ou débitées.
D’autres utilisent pour cela des coupons à trois volets (un pour chacun des participants, et un pour le « compteur » du SEL) Coupons ou feuilles sont retournés périodiquement au « compteur » afin que les comptes de chacun soient tenus à jour ; généralement, ces comptes sont portés à la connaissance de tous.
Dans d’autres groupes, des expérimentations d’absence partielle ou totale de comptage sont tentées. Quelque soit le système choisi, l’écrasante majorité s’accorde à penser que le nombre d’unités n’est que la mémoire de l’échange, pas sa valeur et que le lien est bien plus important que le bien.
Marchés :
Aussi nommés Bourse Locale d’Echange, ils sont organisés entre une fois par quinzaine et une fois par trimestre. Ils sont généralement l’occasion privilégiée d’un moment convivial (suivis d’un repas commun, d’une soirée animée, etc...).
Ils sont parfois ouverts aux « visiteurs », à qui l’ont remet des tickets afin qu’ils puissent échanger eux aussi, bien que n’étant pas adhérents d’un SEL Palabres : dans certains groupes, des rencontres régulières ont lieu afin d’échanger non plus des biens ou des services, mais des mots et des idées, en rapport plus ou moins lointain avec le SEL
Animation du SEL :
Certains élisent un conseil d’administration, d’autres choisissent un conseil d’animation (ou vice versa)...les « mandats » sont donnés parfois pour une opération, un semestre, une année...
Ces personnes se rencontrent une fois par semaine, par mois ou tous les deux mois...La volonté la plus commune étant que le maximum de membres participent à un moment ou un autre, en dehors de toute hiérarchie, dans un climat de totale démocratie.
Tâches administratives :
En quantité variable selon les objectifs et convictions de chaque groupe, elles sont assumées par les membres du C.A. ou non, selon les groupes. Dans certains SEL le service rendu est considéré comme un échange avec l’association et donc compté comme n’importe quel échange. Dans d’autres SEL ce travail est considéré comme un acte militant, entièrement bénévole.
Entre les deux, il y a toute une gamme de nuances.
Création monétaire, ou « puits sans fond », ou « corne d’abondance » :
Cela signifie que le SEL peut donner autant d’unités qu’il le souhaite à ses membres, même s’il n’est jamais crédité.
Certains SEL le refusent catégoriquement : pour eux, le compte du SEL ne doit pas risquer de devenir déficitaire.
D’autres l’adoptent sans modération : ils distribuent des unités à diverses occasions (inscription, participation à un marché, etc). Entre les deux, de nombreux termes ont été imaginés. Cette question fait l’objet de débats réguliers entre les membres des SEL, il est difficile de la résumer brièvement.
Monnaie fondante :
Certains SEL estiment que pour dynamiser les échanges, une solution est d’inciter les adhérents à ne pas conserver des soldes créditeurs. Ainsi, un taux d’intérêt négatif est appliqué.
Cela entre dans le cadre d’une grande réflexion économique qui ne se résumerait pas en deux phrases !
Inter-sel :
Certains estiment qu’il est préférable de rester strictement sur un plan local et développer ses ressources propres, d’autres pensent que la rencontre avec l’autre doit toujours être recherchée et qu’il faut à tout prix éviter le repli sur soi.
Certains mettent des conditions plus ou moins pointues aux échanges entre membres de SEL différents, d’autres n’en mettent aucune.
La gestion humaine et pratique de ce type d’échanges est très variée et tout à fait expérimentale. En tous cas, cette question est au cœur des réflexions de nombreuses personnes des SEL.
Ce qu’il y a de bien avec les SEL,
c’est qu’ils sont tous différents...
Les buts et les moyens du SEL ne seraient pas définis de la même manière par tous.
Pour certains, l’accent est mis sur l’économique : le SEL permet à ses membres de subvenir à certains de leurs besoins sans avoir à donner de l’argent.
Pour d’autres, le SEL est surtout un acte de résistance constructive, de militantisme, contre la mondialisation et ce qu’elle engendre d’inéquitabilité et de misère.
Pour d’autres encore, c’est l’aspect relationnel qui prime : le SEL permet la véritable rencontre avec l’autre, est un moyen de combattre l’exclusion ; au-delà de la « rencontre », c’est un véritable réseau de solidarité(s) qui peut se tisser.
D’autres encore insisteront sur ce que le SEL permet d’épanouissement personnel, grâce notamment à l’adoption de critères de valeur plus humains, à la possibilité de devenir utile à un groupe, etc.
Enfin, certains privilégieront le côté « intellectuel », voyant dans le SEL le lieu idéal de réfléchir sur le système économique dominant, la monnaie, les relations humaines, etc, et d’expérimenter des voies alternatives.
Le SEL, en vérité, c’est tout ça, et bien plus encore ! Si la diversité entre les gens et les groupes est importante, il y a néanmoins un « air de famille » frappant : une certaine volonté d’améliorer son quotidien et, de petits pas en petits pas, conduire le monde vers une société plus équitable, plus adulte, plus humaine. La route est longue, elle doit être pavée de respect de la liberté d’autrui, de tolérance.
A partir de ces réflexions, certains ont imaginé que tous les groupes SEL pourraient se réunir autour du texte d’une charte qui définirait « l’esprit du SEL ».
Ceci n’est encore qu’un projet, soumis à la réflexion de chacun. En effet, l’une des qualités assez répandue chez les gens des SEL est qu’ils chérissent leur liberté, et le mot « charte » fait parfois peur.
Texte de 2004 , remis en ligne en sept.2006 afin de permettre de voir l’évolution au niveau des pensées.

Source: http://www.selidaire.org/spip/rubrique.php3?id_rubrique=102

Contact: StopBanque@hotmail.fr

ad Skype: stopbanque (stopbanque/Equidémos )

Si vous désirez participer à ce projet: envoyer dans un premier temps: Prénom, age, vos capacités, talents et compétences, ce que vous seriez prêt à investir financièrement et/ou humainement...

_________________
lvl: 1 zone: Belgique, Wallonie/Bxl
"Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers."
V pour Vendetta, V.
http://stopbanque.blogspot.com/
http://www.equidemos.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
StopBanque

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 14/12/2010
Localisation : France/belgique

MessageSujet: Il faut mettre sur pieds de nouveaux types de mouvement populaires...   Sam 26 Mar - 18:52

Boycott de la "Banque", de la grande distribution, des syndicats et des non-élections... quoi d'autre? Si ce n'est faire converger ce boycott vers des moyens d'autonomie? Solution et monnaie locale, économie par cercle concentrique, protectionnisme raisonné... Ce n'est pas d'élections dont nous avons besoin mais une "pause" démocratique et un changement en profondeur qui ne peut passer que par des référendum et une démocratie directe... Faisons confiance au peuple, remarquons qu'en moyenne les systèmes de démocratie directe fonctionnent 33% de mieux que la démocratie représentative, quand le peuple à les bonnes informations, il prend les bonnes décisions...

_________________
lvl: 1 zone: Belgique, Wallonie/Bxl
"Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers."
V pour Vendetta, V.
http://stopbanque.blogspot.com/
http://www.equidemos.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pogos

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 27
Localisation : Ile de france

MessageSujet: Re: La Stratégie de l'Abnégation, "the final cut"   Lun 28 Mar - 12:31

Et c'est justement là qu'est le hic, l'information.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://encreetpapier.skyrock.com/12.html
Gaelle



Messages : 31
Date d'inscription : 08/01/2011

MessageSujet: la pause démocratique   Lun 28 Mar - 20:57

Faire confiance au peuple, c'est vraiment la seule solution

Organiser un référendum, là c'est totalement impossible, ils ne laisseront jamais faire une chose pareille sans réagir, et on devra s attendre à tout, de la censure aux campagnes de dénigrement, propagande mensongère et s'il le faut même, ils peuvent inculper les leaders d'une telle action pour un crime monté de toute pièce, ou tout simplement recourir à l'assassinat par les services secrets.

Déposer le gouvernement le plus rapidement possible, c'est impératif.

La stratégie que je propose: pousser le peuple à réclamer massivement et exécuter une suspension de la constitution républicaine, en abolissant ainsi l'obligation de payer des taxes ou passer par l'administration pour mettre en œuvre des projets agricoles et autres entreprises, et en abolissant aussi le système monétaire actuel qui fixe une valeur arbitraire à toute chose, l'urgence c'est libérer les travailleurs de la précarité et de l'insécurité alimentaire sans se soucier du PIB ou de la croissance ou la concurrence.

Une fois les besoins primaires satisfaits et en sécurité grâce à l'abondance que permet l'industrie, le reste viendra tout seul, la nouvelle organisation se mettra en place d'elle même, et elle ne sera plus "politique" ou "idéologique", elle consistera juste à une "gestion des biens et ressources, organisation de la production et de la distribution équitable", et tous les autres domines tels la santé, l'éducation les arts seront alors totalement libérés de toute contrainte de "faire du profit", et seront d'accès libre et gratuit pour tous.

Comment faire concrètement? transformer notre site et en faire une vitrine pour ce projet, ouvrir une pétition en ligne fixant la date du 21 avril comme date d'entrée dans la nouvelle ère, cela aura pour effet de créer le buzz et susciter l'intérêt de tous les révolutionnaires sur la toile ou ailleurs qui sont isolés et cherchent des solutions chacun de leur coté, les pays voisins à s'y mettre, en s'unissant on résistera aux attaques qui seront lancés et on fera tous front en diffusant tout un tas d'informations sur la réalité du système, l'état de la pauvreté dans le monde et les dangers écologiques qui nous menacent, on publiera un ultimatum à tous les gouvernements du monde pour demander leur démission du pouvoir vu qu'ils n'ont plus de légitimité et que le peuple est assez mur pour prendre en main son propre sort.

La seule chose qui puisse sortir le peuple de la torpeur est l assurance de sa force, en rappelant aux gens que nous sommes six milliards contre seulement quelques milliers de despotes et de tyrans qui ne tirent leur puissance que de notre allégeance aveugle, il retrouvera le courage et fera face à la peur qui lui est inculqué tous les jours dans les JT.

Il n'y a pas d'autres issues car l ennemi est organisé et puissant, il faudra avoir le courage de faire face et de dire "non, ca suffit", démontrer de la virilité et de la force pour espérer semer la panique chez eux, tout autre acte empreint de la moindre lâcheté sera cruellement écrasé, nous ne sommes pas les premiers à vouloir le changement!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Stratégie de l'Abnégation, "the final cut"   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Stratégie de l'Abnégation, "the final cut"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La stratégie du choc, interview de Naomi KLEIN
» la stratégie de la Chine vs l'or, le dollar et les USA
» Le chartisme : Méthodes et stratégies pour gagner en Bourse
» La nouvelle stratégie ou tragédie industrielle 2/3
» La stratégie de l'autruche. Post-mondialisation, management et rationalité économique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANKRUN 2010 ::  Forum Francophone :: Débats-
Sauter vers: